Une lettre ouverte datant de 2010, mais suffisamment originale pour la sortir des archives du site de Michele CORTI : RURALPINI. Une lettre de  bergers des Abruzzes aux... prédateurs ! ( également signée par l'assesseur à l'agriculture de la région )


 Aux ours, loups, lynx, renards et autres animaux sauvages vivant dans les Apennins

Nous nous adressons à vous directement, étant donné que toutes les Autorités que nous avons contactées au cours des dernières années et maintes fois dans les dernières semaines ne nous ont jamais répondu. Essayez donc vous, chers amis ours et loups, d'aller à la Préfecture, au Forestale (équivalent oncfs), à la Région : peut-être qu'on vous écoutera.

Peut-être que si c'est vous qui les leur montrez, ils considéreront avec une plus grande attention les propositions que nous avons faites pour défendre votre existence dans un milieu naturel qui dépend de la survie et de la continuité d'activités comme le pastoralisme itinérant, qui ont cohabité avec vous sur le territoire pendant des millénaires en vous fournissant un moyen de subsistance dans la chaîne alimentaire. Expliquez-leur que vous nourrir artificiellement, en empêchant les troupeaux de paître sur les terrains où l'on vous laisse de la viande, est un système qui fait ressembler de plus en plus notre territoire à un zoo.

Peut-être que vous, on vous écoutera, étant donné que notre proposition de soutenir les exploitations traditionnelles et les troupeaux sur le territoire n'a jamais reçu de réponse.

Essayez de leur dire si toute cette bureaucratie et ces jeeps vous sont plus utiles que les bergers que vous avez appris à connaître depuis toujours, en vous respectant réciproquement, car quand nous avons appelé de nuit pour dire qu'un ours était en train d'attaquer notre parc à bétail isolé dans la montagne, avec des risques aussi pour la sécurité des bergers, ils nous ont répondu " qu'est-ce que nous pouvons y faire ?"

Racontez aussi au conseiller provincial Fusco, qui soulève avec sensibilité le problème de l'ours se rapprochant toujours plus des maisons et des villages, que pour vous tenir éloignés des habitations il faut que dans les prés et dans les montagnes il y ait un élément fondamental de votre chaîne alimentaire.

Expliquez à l'ami Ezio Pelino qui rappelle comment vous cohabitez pacifiquement avec les hommes depuis toujours que cela a été possible au fil des siècles justement grâce au pastoralisme. Dites à ceux qui se préoccupent de votre disparition que c'est un écosystème complexe, et non un parc-zoo, et que votre protection ne peut être séparée d'un contexte qui a permis que cet environnement précieux et cette biodiversité arrive intacte jusqu'à nos jours.

Nous avons essayé de le dire aussi aux amis des parcs et des Oasis, à qui nous l'avons encore rappelé pendant les jours de "BiodiversaMente ", une manifestation entièrement centrée sur la biodiversité : une biodiversité animale et végétale qui s'est conservée jusqu'à maintenant grâce aux activités traditionnelles et soutenables de pastoralisme, élevage et agriculture, mais que malheureusement les amis des parcs et des oasis oublient de rappeler, et de demander que ce rôle de défense du territoire soit reconnu.

Dites-leur vous, que ce ne seront pas des brochures accrocheuses, des pancartes intimidatrices, des interdits et des enclos, des projets Life (64 millions d'euros rien que pour l'ours ces dernières années), qui garantiront la pérennité de cet écosystème délicat si nous ne sommes plus capables de le voir dans sa globalité, ni de garantir la survie de ceux qui l'ont préservé et qui continuent  d'assumer cette fonction chaque jour, sans fonds publics et avec des dédommagements dérisoires pour leurs dommages.

Essayez donc, vous qui vous y connaissez bien et qui savez que vos meilleurs alliés depuis des millénaires sont ceux qui sont vraiment depuis toujours dans les montagnes et dans les pâturages .

 

 

23513484-caricature-moutons

 


Source : http://www.ruralpini.it/Inforegioni25.10.2010Lettera_aperta_a_orsi_lupi_linci.htm


Retour à la page d'accueil du blog