Article signé Lucia MORELLI (psychosociologue et psychothérapeute), paru dans le journal  Il corriere del Tufo - 07.01.2014

Mis en ligne sur la page FB de "La Spia della Maremma"

 

 

Lucia Morelli


J'ai participé, pour des mises à jour de propositions, aux congrès de Manciano et de Scansano centrés sur le problème de la présence de loups, d’hybrides et de chiens sur notre territoire.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la gravité des faits qui se déroulent et dont nous payerons les conséquences au cours des années à venir, reste méconnue pour la majeure partie de la population, ou bien fait l'objet d'une évaluation distraite.
Alors qu’au contraire nous sommes tous concernés. Alors que les principaux intéressés souffrent atrocement : hommes et animaux, brebis et loups, délaissés, y compris du reste des habitants du territoire. Je crois fermement qu'il serait opportun que tout le monde comprenne que le pastoralisme est un facteur constitutif essentiel de notre identité locale, parce qu'il est l'activité archaïque, le moteur de l’économie de ces territoires. Il est essentiel au maintien du système hydrogéologique, du paysage, des activités agro-touristiques et à la beauté poétique de nos pâturages, panachés par le blanc des troupeaux.


Souhaitons-nous tous être sourds et aveugles au point de pas nous rendre compte de l'importance des élevages dans notre région, et pour le comprendre devons-nous attendre que les retombées irréversibles de leur disparition soient devenues évidentes même aux plus sots ? Quelles seraient les conséquences ?
Essayez de les identifier dans leur complexité systémique ! Engagez des discussions avec des amis et des collègues, en mettant en relation les différents systèmes de production et ceux des services d'entretien de l'environnement, avec la présence ou non des élevages de moutons.

Je résume les données de l'histoire : La directive Habitats n° 43 de 1992 de l’Union Européenne avait inscrit les loups « purs » parmi les espèces à protéger car en danger d'extinction. Elle a cru les protéger - je pense en toute bonne foi - en interdisant, par des sanctions pénales, de nous occuper, avec nos pratiques traditionnelles un temps « récompensées » par la gratitude des habitants, de leur élimination de nos pâturages.
Il en résulte que :


1) le loup et ses hybrides, issus de croisements avec des chiens errants, ont vécu et vivent en faisant des massacres dans nos troupeaux ;
2) que l'objectif de maintien du loup dans sa pureté est un échec retentissant ;
3) que nos élevages, grands et petits, sont toujours plus nombreux à cesser leur activité, n’arrivant plus à survivre aux dommages économiques et émotionnels résultant de la tuerie de leurs animaux ;
4) que nous sommes en train de perdre des emplois dans le pastoralisme et la production de fromages ;
5) que notre industrie laitière, voit son activité compromise par manque de lait ... toscan, en qualité de produit prisé de brebis vivant au pâturage, aujourd’hui en partie remplacé par un lait moins aromatique de brebis enfermées dans des abris nocturnes et mangeant du foin. Et là où les loups et les canidés arrivent à pénétrer dans les abris - et tôt ou tard, ils y arrivent - on assiste au massacre atroce de 50/60 bêtes à la fois.


Conclusion : on a créé un système contre nature et contre tout bon sens : les brebis sont à l’intérieur et les loups ... au pâturage. L’objectif de cet article est notre nécessité de faire comprendre, à tous ceux qui par véritable manque d'informations n’en sont pas encore conscients, que l'élevage de moutons est constitutif de l’identité particulière de ce territoire. Que la mise au point de cette identité spécifique se fait en fonction de la possibilité de promouvoir le marché de ses produits et de ses services (tourisme) et que, par conséquent, sa préservation ne dépend pas seulement des représentants politiques, mais c’est la responsabilité de toutes les catégories de citoyens parce que nous sommes tous les «bergers» de notre territoire !


► A lire : un autre article de Lucia Morelli, paru dans "La Spia"

Concernant l'hybridation dans cette zone et plus générallement


 

Croque moutons

Caricature provenant du site "Eleveurs et montagnes"

 

 


Retour à la page d'accueil du blog