Le Piémont est le cadre d’études remarquables concernant la végétation pastorale. Le travail de référence, le plus complet dans le genre est « I tipi pastorali delle Alpi piemontesi ; (Cavallero et al.,2007)» (Les types pastoraux des Alpes piémontaises).
La végétation pastorale, composante essentielle des paysages des Alpes ou d’autres chaînes de montagnes, témoigne aussi de l’implantation humaine dans les montagnes, dans une présentation de "
I tipi pastorali delle Alpi piemontesi", on peut lire : « De plus, même si beaucoup ont vécu ou vivent la beauté des lieux, tout le monde n’a pas eu l’occasion de mettre en corrélation les caractéristiques de la végétation pastorale avec leur origine et d’en comprendre l’importance comme témoins de l’implantation humaine dans les Alpes ».

Parmi les études, il y a celle coordonnée par le Pr Battaglini de l'Université de Turin (Département Sciences Agronomiques, Forestières et Alimentaires), dans le cadre du Projet ProPast et financée par la Région Piémont ; elle porte sur le changement observable de cette végétation des alpages piémontais depuis l’arrivée des loups. Elle est en ligne sur le site de la SoZooAlp, le titre est "Variation de la végétation pastorale dans le Piémont consécutive au changement de gestion du troupeau dû à la prédation du loup".

Nous vous proposons une version française de la synthèse de l'étude, avec l'aimable autorisation de L. Battaglini.
Marzia Verona, Dr en Foresterie et Environnement, éleveuse, auteure, a aussi participé à ce travail.
Merci à Caroline pour la relecture.

 

PDF Teléchargeable ici


Ainsi que la liste complète des espèces, en référence aux espèces protégées ou inscrites sur la liste rouge

 

__________________________________

02.05.2014 : A noter que sitôt parue sur le net (ici même et sur Kairn.com), la traduction de cette étude a été reprise pour être « démontée » par un site de désinformation notoire. L'auteur a repris ici même (storage canalblog !) le document sans citer sa source. Cette personne n'est certainement pas expert en botanique, et oublie totalement de mentionner les plantes protégées qui appartiennent à cette végétation pastorale et dont il est question dans l'étude. La liste est citée pourtant à la fin de l'article. Deux poids deux mesures en matière de conservation des espèces. Ce qui d'ailleurs s'observe souvent. De plus, dans cette « critique » bâclée, il se permet de tirer de cette étude des considérations sur l’efficacité des mesures de protection des troupeaux... alors que celles-ci ne sont absolument pas l’objet de l’étude. Il est uniquement question de la variation de la végétation observable et avérée. L'étude n'aborde à aucun moment l'efficacité ou l'inefficacité des mesures de protection.  Il ne s’agit donc pas d’une critique digne de ce nom, mais simplement d’un détournement du travail mené par l’équipe du Pr Battaglini pour le présenter autrement à des personnes qui ne prendront jamais le temps de lire l'ensemble.

Le blog n'est pas reponsable du devenir des documents pris dans l'espace de stockage de Canalblog pour être détournés de la sorte.

__________________________________

 

 

Image-4

Exemple de zone de moins en moins utilisée à cause de la difficulté à surveiller -
Photo Marzia Verona

 

Image 2

Exemple de zone équilibrée - Photo Marzia Verona

 

 

Propast

Projet "ProPast"

 

brebis

 Photo Marzia Verona