Sadici

Sur la banderole du "Front Animaliste " : Eleveurs et bergers : Tous des assassins sadiques ! ( C'est l'art de se tromper de cible...)

Sur la page FB du Parti animaliste européen on peut lire des commentaires comme "Tuez ces bâtards de cueilleurs de champignons".

 

 

 

 

Page fb PAE

 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

le "modèle Life Ursus" et l'argument de l'attractivité touristique de l'ours ont pris du plomb dans l'aile pour ne pas dire qu'ils volent en éclats. Saison touristique à terre, manif violente, menace de boycoter les produits et les lieux à cause d'une ourse qu'on a laissé filé. De quoi faire palir de jalousie les Vallées des Pyrénées qui s'ennuient !

Scontri a Pinzolo per marcia per l'orsa Daniza

 

 Après cette petite intro visuelle et sonore, la traduction d'un autre article de Ruralipini du 28.08 sur le Trentin. (un premier à lire ICI).

 


Source : http://www.ruralpini.it/Inforegioni28.08.14-Vacanze-trentine-con-antisommossa.html

Traduction :


Samedi 30 les animalistes sont décidés à manifester à Pinzolo malgré l'interdiction des autorités. Il est prévu que des bus viennent de Rome et de Lombardie. Life Ursus garantit des vacances tranquilles dans le Trentin avec police anti-émeute. Promenades dans les bois risquées, policiers anti-émeute équipés. Grâce à Life Ursus, la Vallée de Rendena risque de devenir une Val de Susa avec un conflit qui lui échappe et qui pourrait se chroniciser en attirant des centres sociaux et des black blocs de l'Italie et de l'Europe sous prétexte de défendre les ours.

Le Trentin en ce moment a matière à réfléchir. Pas seulement sur Life Ursus, mais sur un certain modèle politique. La société civile a délégué aux administrateurs publics et à la politique. Beaucoup de maires ont délégué à la Province, la Province a délégué aux gourous, aux technocrates, aux magiciens du marketing territorial. Malgré les investissements dans l'image externe (l'autonomie permet des dépenses généreuses) il est difficile de cacher que le degré de citoyenneté active et participative est très faible dans le Trentin, qu'il y a un taux élevé de clientélisme politique et de passivité. Et quand on est une poignée à décider, présomptueux et autoréférentiels, quand il est déconseillé de critiquer (sinon plus de financements de maman Province), il est plus facile de causer des ennuis. Le coût des honoraires des super experts n'en garantit pas la sagesse, mais seulement la complaisance envers les décideurs politiques.

La ruse insensée du marketing de l'ours s'est transformée en boomerang

La trouvaille des ours semble une chose insensée qui combine conservationisme intégriste, de façade, avec affairisme sans scrupules. Dans le Parc Adamello Brenta pendant qu'on se vantait partout dans le monde de la réussite de Life Ursus (le pense-t-on toujours à Pinzolo?) on construisait de nouvelles liaisons de domaines skiables pour stimuler le tourisme insoutenable de la neige artificielle. La forêt sacrée n'est sacrée que si elle doit devenir le sanctuaire inviolable de sa majesté l'ours, mais s'il y a d'autres business (ski, biomasse) elle n'est plus du tout sacrée.

Est-ce seulement la faute des institutions? Non, c'est aussi celle de la société civile. Dans la Vallée de Rendena on proteste et on ronchonne depuis des années, mais c'est seulement depuis deux ans que les protestations se font plus ouvertement et que s'est constitué le Comité anti-ours. Mais les gens ont peur de s'exposer et ce même Comité est lui-même un peu paralysé par la peur de perdre l'accord des hôteliers. Ainsi, les initiatives ont presque toujours été prises "hors saison" avec une sacrée peur "d'effrayer les touristes."
Le pire calcul qui soit. Le fait de ne pas avoir pris le taureau par les cornes a aggravé la situation. Les ours augmentent, les portées, et peu d'ours s'en vont spontanément.

Est-ce que Daniza et ses fans ont pensé ruiner la saison touristique (ou peut-être que certains pensent que l'homme agressé aurait dû se taire ... pour ne pas faire de tort aux hôteliers?).
A quoi à servi cette prudence ? A rien. Maintenant Pinzolo et toute la vallée sont sous les projecteurs. Quoi qu'il arrive l'image d'une vallée «tranquille» pour promenades sereines en montagne en petite famille est pour le moins compromise...

Hier, au Meeting de Rimini Robi Ronza me disait: «Je viens tout juste de parler avec un groupe de milanais qui ont une maison à Pinzolo, ils m'ont dit qu'ils ne vont plus se promener parce qu'ils ont peur." Même si les médias n'en parlent pas, le bouche à oreille fonctionne.

Si à la peur de marcher sur les sentiers de forêt (sans parler de s'y enfoncer pour cueillir des baies ou des champignons) s'ajoute le risque d'un état de siège et la présence des forces de l'ordre en tenue anti-émeute ...

Prenez-vous en à Maman Province, à Life Ursus, à Maman Parc

A ce stade à qui doivent s'en prendre les habitants de la vallée ? Aux animalistes ? C'est idiot. Mais qui a instillé l'ursophilie ? Qui a répété pendant des années que l'ours n'est pas dangereux et qu'il attire le tourisme ? Qui a imprimé ces affiches idiotes où il est dit que les «aïeux» (comme si les habitants actuels du Trentin descendaient des paléolithiques) partageaient les cavernes avec les ours (peut-être ceux chassés dont les os sont restés dans les cavernes avec des os humains).


Il faut qu'ils remercient Maman Parc, où tant de postes, de consultants et de vendeurs, concèdent aux sujets et à qui on doit soumission comme à des seigneurs féodaux. Le Parc a «signé» pour Trudi (marque de peluches) la peluche Daniza contribuant à cette permutation délétère entre réalité et peluche qui alimente l'animalisme émotionnel et hystérique. Celui qui arrivera de Rome à Pinzolo ce samedi.

Ouvrir les yeux

L'incapacité de la Province à gérer les ours est manifeste. Le ministre Galletti l'autre jour a dit que la capture de Daniza dépendait de la Province, faisant clairement comprendre que la patate chaude est dans les mains de la Province et qu'il n'est pas pensable de la décharger sur le Ministère. Les autres régions ont déjà dit qu'elles ne voulaient pas d'ours déportés du Trentin. Au cours des dernières semaines, les ours ont faits des ravages à Asiago, dans la Valteline, dans l'Engadine à Bolzano. Rossi a choisi le pire moment pour proposer des paquets cadeaux d'ours. Les ennuis viennent de la PAT qui devra les affronter, même si elle décide de ne pas décider, il y aura des conséquences politiques parce que désormais les apprentis sorciers ont créé ce coup dur et les monstres ont été réveillés.


Le conflit entre animalistes d'un coté et éleveurs et montagnards de l'autre s'est radicalisé et les marges de la politique qui ménage la chèvre et le chou n'existent plus.
De Bolzano, Trente, Vérone, Padoue, Milan, Brescia, Bologne, Rome il y a tant de centres sociaux et de groupes violents qui ne cherchent que des prétextes pour en découdre, quelque soit le drapeau à agiter. Un sous-bois sombre où l'exaspération et l'opposition sociale authentique se mélange à l'ennui des fils à papa et à l'action des provocateurs professionnels manoeuvrés par les services. Si le conflit se chronicise il en arrivera aussi d'outre-alpes. Bonne chance.


C'est ainsi que dans les tranquilles, pacifiques, prospères vallées du Trentin (en apparence) on courre le risque de voir des scènes que les habitants pensaient n'être que des films à regarder à la télé ou sur Youtube. Le tout pour Life Ursus (et aussi à cause d'une société qui délègue trop).