Orso in Trentino: Marco Zadra, aggredito dall'orso a Zambana, ringrazia.

Mentre l'organico del Corpo Forestale Provinciale (CFP) si deve occupare anche di scortare nei boschi le comitive delle colonie estive, suggerendo ora di non usare il campanellino bensì di raccontare storie o canticchiare per allontanare l'orso, Marco Zadra, aggredito a Zambana lo scorso 29 maggio e sfuggito per miracolo ad una tragedia, invia la seguente lettera che, purtroppo, non è stata pubblicata sui giornali.

http://orsotrentino.blogspot.com.es

Traduction: 

Alors que le Corps forestier provincial (CFP) doit aussi s’occuper d’accompagner dans les bois les groupes des colonies de vacances, en leur proposant de raconter des histoires ou de chantonner plutôt que d’utiliser les clochettes pour éloigner l’ours, Marco Zadra attaqué à Zambana le 29 mai dernier et qui s’en est sorti par miracle publie cette lettre. Une lettre qui n’a malheureusement pas été reprise par la presse, c’est pourquoi nous vous prions de la diffuser afin de contribuer à ce travail concret d’information et de sensibilisation, qui a été négligé depuis le début par ceux qui ont soutenu le projet Life Ursus, et qui pourra donc contribuer à réduire la probabilité qu’il y ait un mort un de ces jours.

 

***************************

Par ce courrier, et au nom de tous les habitants du Trentin aimant une montagne sûre, je tiens à remercier les promoteurs du Projet Life Ursus pour avoir apporter dans la Région une insécurité et une peur que les habitants locaux (et pas seulement) avaient éradiqué il y a environ un siècle. Je suis persuadé que je peux aussi remercier au nom de générations entières de trentinois, étant donné que l’introduction de l’ours slovène faite en deux coups de cuillère à pot sera vraisemblablement une chose de longue durée et difficile à résoudre.

Nous avions vraiment besoin de cette poussée d’insécurité.

Merci de ne plus pouvoir aller camper avec ma fille près d’un splendide petit lac alpin ou d’un beau pâturage. Merci infiniment (ainsi on règle définitivement la question de la possibilité ou non de camper librement) et avec moi c’est un groupe important de campeurs qui remercie, ceux qui n’ont plus le courage de monter une tente ailleurs que dans un camping. Etant donné que les probabilités de rencontrer un ours (et j’en suis une preuve, vivante par chance) sont beaucoup plus élevées que dans n’importe quel autre endroit d’Europe, cela me semble tout à fait normal.

Que ceux qui voudraient voir les conséquences d’une attaque de plantigrade sur un campeur se munissent d’un petit sac en plastique car ce ne sont pas des images pour les estomacs délicats !

Merci de ce boycott du tourisme dans notre splendide région à cause de ce projet absurde ; il était parti pour donner une dimension sauvage à notre Trentin, et effectivement aujourd’hui Borneo à l’air d’être une destination pour excursions scolaires en comparaison.

Si l’on lance un boomerang, il faut savoir que tôt ou tard il revient en arrière...et si l’on ne prend garde on se le prend dans la tête. Quand on lance un tel projet il faut savoir (et on le sait) qu’il y aura des conséquences, et en premier lieu des contacts entre bêtes fauves et hommes.

Je remercie d’avoir désinformé les gens dont je fais aussi partie, d’avoir dispensé des conseils inutiles, répandu des nouvelles fausses et tendancieuses, minimisé de graves attaques en les qualifiant de “fausses” et jeté en pâture des citoyens sans défense poussant ainsi les amis animalistes à faire de “vraies” attaques, ce qui révèle une mauvaise foi des institutions, une incapacité de gestion et une omertà digne des pires “familles”.

Je pense aussi pourvoir remercier au nom des éleveurs, bergers, agriculteurs et apiculteurs qui souffrent de la présence de l’ours et ont peur.

• au nom des montagnards, des gestionnaires de refuges, des cueilleurs de champignons. Merci !

• au nom des randonneurs, des vététistes, des simples promeneurs. Merci !

• au nom des colonies de vacances. Merci aussi pour la très belle initiative de la diffusion de la clochette « attire-ours » sympathique. Merci !

• au nom des opérateurs touristiques. Merci !

• au nom des propriétaires et des utilisateurs de chalets, en particuliers ceux du mont Gazza. Merci !

 

Je vous remercie de m’avoir réprouvé parce que je suis allé courir dans les bois à un kilomètre de mon domicile sans clochettes à huit heures du soir, alors que cela ne m’avait jamais été interdit ni même déconseillé.

De plus je remercie la biologiste “masterisée”, experte en petites clochettes, pour sa défense passionnée de l’utilisation de celles-ci...Si vous voulez aller dans les bois parée comme un sapin de Noël, faites-le, mais moi je ne le ferai pour rien. Et si la forêt n’est pas notre habitat, il ne me semble pas que les sentiers de la Société des alpinistes du Trentin soient celui de l’ours. Comme il ne me semble pas, je me répète, qu’il y ait une interdiction d’aller dans les bois en silence. Comme si nous étions des ninjas !

Pour ce qui concerne l’intelligence présumée et le pacifisme de l’ours, je me demande de quoi vous le déduisez étant donné que des siècles d’histoire nous montrent le contraire. L’Eglise, par exemple, a tenté en vain de le dresser. Il s’agit d’un animal plutôt “étroit” et capricieux. Le fait que je me sois aperçu de sa présence avant lui et qu’il ait réagi de manière pavlovienne le montre bien (association stimulus réaction).  C’est à dire que si moi j’avais attaqué (comme l’a fait Zanella dans sa tentative réussie pour se défendre) et si j’avais été muni d’un objet contondant, il se serait probablement enfui. Au contraire j’ai reculé et il m’a attaqué (réaction ou lutte ou fuite, comme vous dites). Alors pour que l’ours m’entende à distance, soit il devait passer avant l’acoustique du Trentin (parce qu’il ne faut pas oublier qu’il a des sens peu développés), soit je devais me doter d’une chaîne stéréo portable genre modèle des années 90.

Que vous veniez parler d’alarmisme exagéré, étant donné ce que j’ai vécu ainsi que d’autres malchanceux des bois, est totalement hors de propos. Et rappelez-vous que si aucun d’entre nous n’est mort, ce n’est certainement pas dû à la paisibilité de  l’ours, mais à l’habileté de l’homo sapiens sapiens, qui n’est plus un primate de la savane, mais qui est encore doté d’un instinct de survie (en plus de quelque intervention surnaturelle ou du simple Hasard). Certes votre thèse corrobore celle des institutions qui ont minimisé ma rencontre avec Bubusettete en la traitant de “fausse attaque” des plus normales, comme il peut y en avoir 2-3 par an. Mais dans les faits, il y en a déjà 4 : Maturi, Zanella, Zadra, Molinari, et si l’on compte celles qui n’ont pas été transformées en “fausses attaques”, eh bien je pense que pas mal d’autres citoyens peuvent témoigner que cela n’est en rien une expérience belle et émouvante comme on le dit souvent.

Dans le cas de Molinari il faudrait même faire un distinguo parce qu’il s’agit d’un véritable acte de prédation : il ne s’est pas trouvé face à l’ours, mais il a été attaqué par derrière sans raison (et ici on va dire qu’il avait un chien et moi je répondrai : depuis quand est-il interdit de se balader avec son chien ?). C’est un chose plutôt préoccupante qui montre qu’une conscience collective se forme chez l’animal et le pousse à ne plus avoir peur de l’homme. Des conditions qui font de l’homme une proie et non plus un prédateur, ce qui donne raison à ce néo primitivisme qui veut que l’homme ne soit plus maître mais esclave sans défense des forces de la Nature.

 

Marco Zadra

___________________________

Note : au sujet des clochettes présumées "anti-ours" : Après les dernières attaques dont une grave les autorités conseillées par les experts ursophiles lumineux ont proposé l'utilisation systématiques de clochettes, en particulier aux enfants des colonies de vacances. Ce qui a fait bondir certains éthologues et également Michele Corti qui suit de près la problématique ours. Un courrier a été envoyé aux autorités pour rapeller un fait bien connu : le son des clochettes pour l'ours signifie "proie" étant donné que les animaux domestiques qui font partie de ses proies en portent aussi. Position appuyée également par le naturaliste Franco Zunino. Ensuite il y a eu un changement de stratégie. Ceci est bien expliqué sur le site Ruralpini.

-------------------------------------------------------------------